Portrait de photographe #006 – Matthieu VAUTRIN

L’idée derrière la série “Portrait de photographe” est de mettre en avant le travail de photographes que j’apprécie et de constituer une galerie de portraits de photographes (mettre le photographe de l’autre côté de l’objectif). Aujourd’hui, portrait de Matthieu VAUTRIN.

Autoportrait de Matthieu VAUTRIN - © Rachel LEMME - Tous droits réservés.

Portrait de Matthieu VAUTRIN – © Rachel LEMME – Tous droits réservés.

La première photo ?
Je devais avoir 7/8 ans, mon père m’a ramené un petit argentique à pellicules 110 d’un voyage à New York. Ça a commencé comme ça, avec des photos de ma famille essentiellement.

Ton dernier choc photographique ?
La série Captive de Gaston Lacombe, qui traite de la souffrance des animaux en cage. Ou encore la série Hopeless Romantic de Pauline Ballet et Julien Mauve.

Qu’est ce qui a déclenché ce besoin irrépréhensible de capturer la lumière ?
Le besoin de figer l’éphémère, de saisir un instant, et de pouvoir s’y replonger ensuite. Parfois ça fonctionne, mais souvent le rendu n’est pas à la hauteur de la réalité, et ça peut être un peu frustrant. Je suis perfectionniste et donc rarement satisfait.

Au fond, qu’est-ce que tu cherches quand tu appuies sur le déclencheur ?
Je recherche surtout à capter des instants de vie, des instants qui, d’un point de vue extérieur, peuvent paraître anecdotiques, mais qui parleront une fois capturés. C’est ça que je recherche, encore plus que la beauté technique de l’image, ce sont les histoires que raconteront mes photos.

Des projets en gestation ?
Quelques vidéos à monter de mes derniers voyages, et beaucoup de projets d’images en tête.

Et si Photoshop n’existait pas ?
Je ressortirais plus souvent mes vieux argentiques, ce que je fais de temps en temps, un peu par fainéantise : avec une bonne pellicule, la photo une fois développée est souvent déjà très proche du résultat que je voulais obtenir au moment du déclenchement, pas besoin de traitement.

Le photographe qui t’inspire le plus ?
Alain Laboile, pour ses séries de photos sur la famille (sur sa famille), et toutes les histoires qu’elles racontent. On est littéralement plongé dans son quotidien familial sans jamais pourtant en avoir rencontré les protagonistes.

Une photo que tu aurais aimé prendre ?
Une des photos de la série Locals Only de Hugh Holland, sur les débuts du skate moderne en Californie dans les années 70.

Bio express : Je m’intéresse beaucoup à l’image en général, et pas seulement à la photographie. Bien qu’ayant fait beaucoup de montages vidéos depuis tout petit pour m’amuser, je ne me suis sérieusement mis à la photographie que depuis 4/5 ans, et j’en ai profité depuis pour apprendre toute la technique. Je travaille aujourd’hui dans un domaine qui n’a rien à voir avec la photographie, mais qui me permet de pas mal voyager. Le but n’est pas donc pas d’en faire mon activité principale, mais de continuer à me faire plaisir, c’est l’essentiel.

Pour un aperçu détaillé des travaux de Matthieu, il suffit de vagabonder par là :

  • Site web :
  • Page Facebook :
  • Tumblr :
Posted in Portraits. RSS 2.0 feed.